Aujourd'hui :

samedi 28 mai 2022

Le journal des étudiant.e.s de Lyon 3

TED x Université Lyon 3, retour sur une conférence qui booste la confiance en soi

Lumières rouges et blanches, lettres disposées sur la scène et plantes en décoration, la cinquième édition du TEDx université Lyon 3 s’est déroulée le 23 mars dernier à l’auditorium Malraux. Revue de la soirée éloquente à laquelle le JMP a pu participer. 

 

Une conférence TED, c’est quoi ?

Les conférences TED (Technology, Entertainement & Design) sont des conférences organisées au niveau international par The Sapling Foundation, une fondation à but non-lucratif créée par Chris Anderson en 1998. Leur mission est de faire découvrir “des idées qui méritent d’être diffusées”. Au programme, 8 speakers dont un étudiant de l’IAE de Lyon 3, tous venus partager leurs visions du monde, sur des sujets variés tels que l’écologie, le handicap ou le développement personnel.

 

Le thème du “Roi de la Jungle”

Quand on pense “roi de la jungle” on pense tout de suite au Lion. Pourtant, cet animal n’est pas présent dans la jungle. À l’évocation de ce thème, on peut se dire que le roi de la jungle est celui qui gagne la lutte entre les plus faibles et les plus forts. Pourtant, cette idée était loin d’être celle portée par le TEDx. En réalité, le but de la soirée était de repenser notre rapport avec notre environnement au sens large : comment envisager la place de l’humain dans la société, comment devenir “le roi de sa jungle”, ou encore, comment agir sur l’environnement pour améliorer nos propres conditions de vie et celles de nos pairs. 

 

Déroulé de l’événement

Equipe d’organisation du TEDx

L’évènement a été organisé par des bénévoles et a pu compter sur l’aide de plusieurs partenaires comme IAE Lyon School of Management, Université Lyon 3, Crous Lyon, IAE Lyon Alumni, Locaclim, Culturel Lyon, Imp(r)ose-toi!, Main Gauche,et également French Tex.* Des conférences de 10 minutes à la fois axées sur des parcours inspirants permettant de booster l’estime de soi ainsi que sur l’environnement et l’écologie, à chaque fois introduites par une brève présentation faite par les organisateur.trice.s qui servait de fil conducteur. Une entracte musicale de 30 minutes avec un chanteur accompagné à la guitare est venu apporter une petite ambiance sympathique pour séparer les 4 premières conférences des 4 dernières. L’évènement s’est terminé sur un buffet avec possibilité d’échanger avec les différent.e.s intervenant.e.s. D’ailleurs, voici leurs portraits. 

 

Sacha Stojanovic

Sacha Stojanovic est venu parler de robotique et plus particulièrement de robotique humanoïde. Il a expliqué son point de vue sur son développement. Il a divisé sa réflexion en utilisant quatres étapes de sa vie qui ont été déterminantes : 

  • Sa découverte de la machine cantonnier, le moment où il a compris que la machine ferait son travail à sa place s’il décidait de faire ce métier. 
  • La fois où il a regardé Les Temps Modernes de Charlie Chaplin. Il a parlé de ce que Chaplin a dit de retour de son tour du monde sur les machines : “Les machines devraient faire le bien de l’humanité au lieu de provoquer tragédie et chômage”.
  • Le jour où sa femme infirmière est revenue du travail complètement épuisée, prête à abandonner alors qu’elle travaillait dans un établissement tout neuf.
  • Une discussion qu’il a eu avec son père qui était contre les robots. 

Sacha Stojanovic a conclu son intervention avec cette phrase : “L’innovation n’a lieu d’être qu’à la condition qu’elle soit au service de l’Être”.

 

Nicolas Paciello

Nicolas Paciello, chef pâtissier depuis 2008 est venu raconter son parcours. Il a également parlé de la pâtisserie sur les réseaux sociaux. Il a été formé à Fauchon, à Paris. Il se livre aussi sur sa participation au concours du  meilleur ouvrier de France, qui lui a coûté son mariage à cause de la quantité de travail, mais où il est quand même arrivé finaliste. En 2018, il a décidé de créer sa propre marque et confie que pour lui, faire de la pâtisserie c’est créer des émotions et avoir la possibilité de partager des moments forts avec les différent.e.s client.e.s qui viennent dans sa boutique. Enfin, il fait un petit point sur la pâtisserie sur les réseaux sociaux et plus spécifiquement sur Instagram en posant cette question : “les photos sont belles, mais est-ce que le gâteau est bon ?”

 

Paul Allois

Paul Allois est un étudiant de 19 ans en deuxième année de licence à l’IAE, à l’Université Jean Moulin Lyon 3. Le sujet qu’il a décidé d’aborder : l’art de tenter sa chance. Ce thème  est représentatif de son parcours pour arriver sur la scène TEDx. Tout a commencé avec un concours d’éloquence avec pour thème “retournement de situation”. Le ou la gagnant.e de ce concours pouvait gagner la possibilité de venir faire une conférence TEDx. Il a décidé de tenter sa chance et il a réussi. Il nous fait part des deux raisons pour lesquelles, selon lui, nous pouvons avoir peur d’oser tenter sa chance en apportant sa réponse pour faire face à ces obstacles avec des citations : 

  • Le regard des autres : “Chercher à plaire à tout le monde, c’est le meilleur moyen de ne plaire à personne.”
  • La peur de l’échec : “L’échec est inévitable et peut être libérateur.”

En conclusion, il faut oser tenter, car cela peut nous emmener vers de belles expériences.  

 

Eric Payan

Eric Payan, 58 ans, est jeune retraité mais également auto-entrepreneur. Il a commencé son discours sur le ton de l’humour en disant qu’il ne nous voyait pas, non pas à cause de la luminosité mais à cause de sa maladie dégénérative de la rétine qu’il a depuis ses 18 ans. À 25 ans, il avait 1/10 d’acuité visuelle. Une fragilité à laquelle il a dû faire face jeune, lui rendant difficile son entrée dans la vie d’adulte, mais qu’il a su surmonter grâce à des petits stratagèmes. En effet, il refuse d’être une victime et décide de se mettre dans une spirale positive permettant de le tirer vers le haut, valable pour tout : 

Il parle également de sa start-up dont le but est de sensibiliser les entreprises au travail des personnes porteurs de handicap qu’il qualifient de personnes extra-ordinaires. Il conclut sa conférence avec un petit mot en lien avec le thème : “j’ai transformé ma jungle en jardin”.  

 

Mohamed El Idrissi

Mohamed El Idrissi, c’est le portrait d’un jeune homme talentueux, qui a grandi sans jamais oser dire “non” mais qui, un jour, a décidé de réécrire sa propre histoire.  

Petit suspens au début, il nous cache quelque chose dans sa poche mais ne souhaite dévoiler l’objet qu’à la fin de sa conférence. L’histoire qu’il nous a contée a commencé dès son adolescence. Passionné de sciences, il s’est laissé guider par les autres vers la voie scientifique et notamment des études dont il est ressorti titulaire d’un doctorat pour devenir chercheur pharmaceutique. C’est les autres qui ont choisi son futur. Mais un jour, il a décidé de prendre son avenir en main. Il a démissionné de son poste au sein d’une grande maison pharmaceutique, pour se lancer en auto-entrepreneur et fonder ÜMAIN, un projet ayant pour but de faciliter l’achat plus écologique et sain pour les consommateur.trice.s. 

Les clés pour ne plus se trahir soi-même et se débarrasser de ce masque social ? Il en a donné quatre et les voici : 

  • Apprendre à désapprendre : mettre au défi son récit 
  • Apprendre à perdre 
  • être égoïste (égoïste-altruiste)
  • ne pas avoir peur d’être authentique

Donc maintenant, la seule chose qu’il reste à faire est de prendre un stylo, le fameux objet caché dans sa poche, et de commencer à réécrire son histoire. 

 

Louise Ras

Louise Ras était la seule conférencière de cet événement, qui malheureusement était majoritairement représenté par des speakers masculins.

Elle a porté un discours intéressant sur la façon de sensibiliser notre entourage sur les thématiques écologiques. D’après elle, rien ne sert de brusquer avec des chiffres et des concepts alarmants, mais il peut être très efficace de parler d’actions écologiques qui fonctionnent et qui sont viables. 

Elle a lancé une association de protection des océans. Rappelons le, ils absorbent 93% de la chaleur émise par l’activité humaine depuis la révolution industrielle et on estime qu’ils produisent plus de la moitié de l’oxygène dans l’air qu’on respire. Ces étendues d’eau sont alors d’autant plus importantes à protéger en regard des changements climatiques. 

Louise Ras croit au pouvoir de la sensibilisation, dès le plus jeune âge, mais également en passant par des moyens ludiques : réaliser une fiction, raconter des histoires, promouvoir des événements… Elle évoque également un optimisme certain vis-à-vis des réseaux sociaux, qui permettent la diffusion plus large d’un message qui peut même être mondialement relayé. 

 

Ronald Tran Ba Huy

Une conférence in english cette fois-ci pour parler de l’environnement. Un début assez ironique étant donné que pour sa conférence, il a utilisé tous les éléments dont Louise Ras venait de parler (des chiffres et des concepts alarmants) et qu’elle avait essayé de déconstruire en expliquant que peut-être que ce n’était pas la meilleure solution pour sensibiliser. Une conférence qui n’en restait pas moins intéressante, évoquant la relation de l’Homme avec la nature, une relation qu’il décrit comme une relation de dominance et dépendance. Pour illustrer son propos, il utilise plusieurs exemples comme les sécheresses à causes desquelles 10 civilisations différentes se sont effondrées, ou encore la famine des habitants de l’île de Pâques à cause de leur surexploitation des ressources (écocide). Il a aussi évoqué le problème de la nutrition et surtout les différents piliers nécessaires pour assurer la sécurité alimentaire :

  • la disponibilité 
  • l’accès 
  • l’utilisation 
  • la stabilité

Donc ici, il montre que l’Homme est bien dépendant de la nature et qu’il peut vite se laisser dominer par celle-ci.  

 

Andrew Mitson

Andrew Mitson a eu le courage de monter sur scène et de nous raconter une histoire en français, bien qu’il vienne directement de Londres. Son idée : pousser les plus riches à faire de bonnes actions de manière volontaire. La solution se trouverait dans le statut social. En effet, le statut social a beaucoup changé au fil des années. Il a pris comme exemples les critères de beauté à l’époque et les a comparé avec ceux d’aujourd’hui : 

  • Critères de beauté avant : Des femmes et des hommes avec des formes, voire très rond.e.s.
  • Critères de beauté de nos jours : Des femmes et des hommes plus fin.e.s.

Respecter ces critères de beauté permettait d’élever son statut social, et il fait le même parallèle avec l’argent : “l’argent ne contribue pas au bonheur mais à l’élévation du statut social”.

Donc il faut jouer sur la corde sensible du statut social : “Vous imaginez, si au lieu d’avoir le classement Forbes des personnes les plus influentes de l’année, on aurait celui des personnes qui ont le plus contribué à améliorer la vie des gens ?”. Effectivement, mettre en avant les personnes qui donnent le plus plutôt que les personnes les plus fortunées pourrait pousser les plus fortunés à être plus altruistes. Un seul mot d’ordre ici : l’apprentissage.  

 

Conclusion

Après le passage des 8 speakers, toute l’équipe chargée d’organiser l’événement est montée sur scène pour faire divers remerciements. La conférence s’est conclue par une photo de groupe avec les intervenant.e.s suivi, bien évidemment, d’une invitation à rejoindre le buffet. 

Maintenant que vous avez lu ces petits résumé des conférences, êtes-vous prêt à devenir le roi de votre jungle ?  

Les speakers de cette édition

Sources :

Sources des photos : Camille Cazard, photos personnelles.

 

* Les mots des partenaires (communiqué de presse) :

French TEX Nous façonnons le monde est une marque collective déposée par des acteurs industriels de la filière textile française dans le cadre du PIA PERFECT (Programme d’Investissements d’Avenir (PIA) au service de la compétitivité, de la croissance et de l’emploi en France). La marque French TEX a pour objectif de permettre aux industriels de la filière textile française d’être vus, entendus et reconnus dans leur mission de manufacturiers au quotidien. C’est une marque tournée vers l’emploi, le recrutement, la formation et l’attractivité des métiers. Dans ce sens, French TEX a lancé frenchtex.org, le 1er portail de l’emploi et de la formation du textile en France. Il recense et catégorise les offres d’emploi et de formations initiales à l’échelle nationale.

LOCACLIM – Une entreprise familiale où l’homme se situe au cœur de notre activité ; au-delà de nos savoirs faire qui s’articulent autour de la location de climatiseurs, chauffages, déshumidificateurs et purificateurs d’air depuis plus de 17 ans, nous nous efforçons d’assurer un service très qualitatif au travers d’une sélection d’appareils répondant aux dernières normes environnementales, d’une formation permanente de nos salariés et d’une logistique intégrée. Nous retrouvons dans le dernier TEDX de l’Université Lyon3 « Le Roi de la jungle » une dimension humaine qui s’apparente aux valeurs dispensées dans notre activité au sein de laquelle nous nous efforçons de mettre en exergue les qualités humaines de chaque individu qui la compose, et en s’obligeant chaque année à recruter de nouveaux collaborateurs par le biais de l’alternance.

Les Gourmets – L’association de gastronomie d’emlyon a été créée en 2003 par 10 étudiantes et étudiants. Aujourd’hui, elle rassemble 30 membres animés par la volonté de démocratiser la cuisine et la gastronomie au sein de l’école. Elle est organisée en 6 pôles les petits events, le pôle grands events, le pôle démarchage, le pôle RSE, pôle vie d’asso et le pôle traiteur qui s’est chargé de la préparation du buffet à la suite de la conférence.

Partager cette publication :
Facebook
Twitter
LinkedIn
Email
WhatsApp