Aujourd'hui :

jeudi 30 mai 2024

Le journal des étudiantes et étudiants de Lyon 3

Star Trek II : La Carte précédant le Territoire…

« Star Trek II : La colère de Khan » est sorti en 1982 et est le deuxième film de la saga, où figurent les acteurs de la série originale interprétant les personnages iconiques : Spock, Kirk, le docteur McCoy…

Ce film, bien qu’antérieur aux événements géopolitiques de notre siècle, est intéressant du point de vue de la guerre qu’il propose.
Dans le film, Khan, un tyran eugéniquement modifié de la fin du 20ème siècle réapparait d’exil (exil causé par le capitaine Kirk quelques années auparavant) au 23ème siècle pour se venger de Kirk (l’ayant abandonné sur une planète qui s’est dégradée peu de temps après, causant la mort de sa femme et une partie de son équipage). Pour ce faire, il prend possession d’un vaisseau et attire Kirk dans un piège, ayant pour centre un projet biologique nommé Genesis. 

Maintenant qu’on a résumé l’intrigue sommaire de ce chef d’œuvre du septième art, on peut s’intéresser à un détail curieux de celui-ci : jamais Kirk et Khan ne se croiseront. Le film se contentera de les observer se faire la guerre par armes et équipages interposés. Ils ne se rencontreront que virtuellement, à discuter par télécommunications (radios, écrans…). 

Ne faut-il pas y voir là les prémices des guerres technologiques de nos jours ? Les soi-disant chefs militaires ne se retrouvent plus sur le champ de bataille mais derrière un écran. Les armes se contrôlent également derrière une console, les victimes en face-à-face sont rares (comment ne pas penser aux frappes de drones qui sont une des manières actuelles de faire la guerre).

Et Khan, en tant que fantôme, spectre, d’un capitaine Kirk qui ne se soucie plus de ses conditions d’exil pensant l’avoir laissé dans une situation assez agréable, n’est-il pas le prémice de l’Irak, de l’Afghanistan et autres contrées contre qui les Etats-Unis ont lutté avant de se désintéresser de leur sort, menant aux tragiques évènements afghans de 2022 ?

Ce spectre qui s’adapte et, à l’aide de matériel volé (ici un vaisseau, dans la vraie vie des armes), mène une lutte de terreur face à l’ancien adversaire dans une logique d’endoctrinement des troupes en partie basée sur une idée de vengeance et en partie sur des « idéaux » dont le chef est la clef de voûte fait diablement penser au terrorisme islamiste.

Enfin, Genesis, projet démentiel pouvant créer la vie ou la détruire, objet central du film, n’est-il pas le point de départ des enjeux écologiques du siècle ? Transition à l’électrique à partir de cobalt loin d’être « propre », énergie nucléaire très utile mais dangereuse (surtout si elle tombe dans de mauvaises mains) etc… Voici le double tranchant des enjeux écologiques.

20 ans avant le tournant du millénaire, Star Trek II nous a fourni la carte. Suivra le territoire…



Sources :

Image libre de droit

Partager cette publication :
Facebook
Twitter
LinkedIn
Email
WhatsApp