Aujourd'hui :

dimanche 21 avril 2024

Le journal des étudiantes et étudiants de Lyon 3

Maria da Penha, the example of resilience that changed Brazil’s gender-based violence laws

La version française de l’article est disponible ci-dessous.

In 2006, Brazil enacted a law promoting the protection of women’s rights, named after a woman who survived abuse. Nine years later, the first female President of the country signed a law introducing a new type of aggravated homicide into the Brazilian Penal Code: femicide. However, femicide continues to be a major issue in our society as women and girls around the world are victims of gender-based violence on a daily basis. Regardless of cultural context, the motive for the violence remains the same: gender. 

In 2022, approximately 48,800 women and girls worldwide were killed by their intimate partners or other family members (a rise of almost 8% compared to the previous year). According to the joint report by UN Women and UN Office on Drugs and Crime, when adjusted for population, the number of women killed by their intimate partners or family members was 0.6 per 100,000 in Europe, compared with 1.5 in the Americas and 2.8 in Africa. On average, 55% of intentional killings by partners or family members are femicides. However, this is only the tip of the iceberg as many femicide victims go unaccounted for due to the difficulty in identifying gender-related motives. It is important to note that subjective evaluations have been excluded from this analysis. 

Although the term ‘femicide’ may appear to be widely disseminated in other cultural contexts, it was not until 2015 that it appeared in a French dictionary, as the European reality seems to differ from those of women almost everywhere else in the world. 

But, after all, what is a femicide? 

According to the definition given by the UN Women Organisation, femicides are “intentional killing with a gender-related motivation, (…) may be driven by stereotyped gender roles, discrimination towards women and girls, unequal power relations between women and men, or harmful social norms”

In France, 109 women were victims of femicide in 2022, while in Brazil the number of victims was 1410 during the same time period. While femicide seems less frequent in Western Europe, where this type of crime against women is relatively more rare, the situation in Latin America is a little more complex. In a region where the patriarchal culture is deeply rooted into society, abuse and violent behaviour from male partners is largely normalised. Women who refuse to be submissive are often exposed to a great risk, and the survivors often still have to endure a lengthy court battle in order to be served their justice. 

In Brazil, one survivor paved the way with her perseverance and changed the course of Women’s rights forever. Maria da Penha Maia Fernandes was a victim of domestic violence for the 23 years of her marriage to Marco Antônio Heredia Viveiros, a Colombian-national residing in Brazil. In 1983, he committed a double femicide attempt : he once shot her in the back while she was asleep, which left her permanently paralyzed. Once Maria got back from the hospital from recovering from his first attempt, the aggressor kept her in captivity in her own home for 15 days, when he then tried to electrocute her in the shower. After those attempts, Maria finally started to seek justice, entering a battle that lasted almost twenty years.

A fight for justice that lasted 19 years and six months 

The initial ruling in the case was issued eight years after the crime, in 1991. Heredia Viveiros was sentenced to 15 years in prison, but he was released following an appeal by his defence. The second ruling was made in 1996, when the defendant was again sentenced to 10 years and 6 months of imprisonment, a sentence he escaped after his defence pointed out procedural irregularities in the case. In order to obtain justice, Maria da Penha had to appeal to a higher instance. In 1998, she teamed up with the Centre for Justice and International Law (CEJIL) and the Latin American and Caribbean Committee for the Defence of Women’s Rights (CLADEM) and took her case to the Inter-American Commission on Human Rights of the Organisation of American States (IACHR/OAS).

In 2001, the Commission held Brazil responsible for its « negligence, omissions and tolerance of domestic violence against Brazilian women », a serious violation of the human rights and obligations protected by treaties to which the country is a signatory. One of the Commission’s recommendations was for the state of Brazil to compensate Maria da Penha both monetarily and symbolically. 

Therefore, the state awarded her financial compensation, and brought together a group of feminist NGOs to help draft a law to combat domestic and family violence against women. On the 7th of august of 2006, the then-President Luiz Inácio ‘Lula’ da Silva signed the Federal law n° 11.340, better known as the Maria da Penha law, as a token of gratitude for her fight for better women’s rights. 

A new legislation finally sees the light of day 

The law introduced paragraph 9 of the article 129 of the Brazilian Penal code. The new article provides that perpetrators of violence against women can be arrested in the act of committing an offence, or have their preventive detention ordered by the judge. Amongst the many changes it brought, the law opened the possibility to the order of new preventive measures in times of urgency and/or when the physical or psychological integrity of the victim is at stake. Also, aggressors will no longer have the possibility to be punished with alternative sentences, and the maximum time of imprisonment increased from one year to three years and three months. Moreover, the law tackles behaviour that goes beyond physical domestic aggression, defining and distinguishing five forms of violence against women : property, sexual, physical, moral, and psychological violence. 

According to research by the Instituto de Pesquisa Econômica Aplicada (IPEA) in 2015, the law helped to diminish by 10% the number of femicides. Indeed, the law worked by improving the conditions for victims to report their aggressors, and by setting up improved jurisdictional mechanisms, enabling the criminal justice system to deal more effectively with cases involving domestic violence The number of women reporting some form of abuse increased, largely thanks to the creation of specialised services and new dedicated police stations.

Finally, because the Maria da Penha law only tackled gender-based violence, women called for new specific legislation needed to incriminate femicide, the most gruesome expression of gender-based violence there is. This first law then paved the way for its complementary law, the ‘femicide Law’ to pass. On March 9 2015, the then President Dilma Rousseff signed the bill introducing femicide in the Brazilian Penal Code as simple or aggravated homicide committed against a woman because of her gender.

The challenging of the criminalisation of femicide 

In Brazil, the criminalization of the five forms of violence against women and the offence of femicide is a direct response to the prevailing patriarchal cultural norms. By establishing various mechanisms to safeguard women’s rights and protect them from their aggressors, the country acknowledges the significant impact of the Feminist revolution that swept across Latin America in the late 2000s. This recognition is evident as 18 out of the 24 countries in the region, including Brazil, have incorporated the crime of femicide into their Penal codes since 2007.

However, if taken purely in its juridical aspect, some critics point out that the legislation is unconstitutional and unnecessary, since it would perpetuate inequality between men and women and thus distort the principle of equality before the law. This is why, in France, the word « féminicide » does not appear in the Penal code. Nevertheless, sexism is currently recognised as an aggravating circumstance of a crime or misdemeanour in the same way as homophobia or racism in article 132-77 of the Penal Code, in addition to other aggravating circumstances such as murder perpetrated by a spouse, cohabitee or PACS partner (which even extends to former partners), circumstances which therefore apply to crimes committed between partners of any sex. 

Indeed, while parricide and infanticide disappeared from the Penal Code in 1994, it would seem problematic to introduce femicide into the Penal Code in such a way as not to threaten equality before the law. Still, crimes that would otherwise be classified as a femicide are often qualified as a “crime passionnel” (a crime of passion), which many activists are against because of the belittling and stigmatising aspect of the term. While those acts aren’t criminally recognised as femicides, the media and the French diplomatic discourse in the international scene seems to frequently employ the term, in order to keep in accordance with anglo-saxon and latin-american vocabulary. 

Thus, it seems that here or across the Atlantic ocean, the fight for women’s rights is far from over. In Brazil, while the law allowed for progress with the increase of reports and arrests, the rate of crimes committed against women still represents a high number, and the crime of femicide seems to be on the rise again this past couple of years In France, aspects of the crime of femicide appear to be incriminated by the Penal Code under certain aggravating circumstances. Nevertheless, the act is not explicitly punishable under criminal law, and although feminicide is a relatively minor issue in Western Europe, there has been an increase in the number of cases worldwide. Introducing the crime of feminicide and highlighting it in the legal debate in France and Europe is a way of raising awareness of the appalling daily reality of thousands of girls and women, many of whom are sadly no longer around to tell their stories.

VERSION FRANÇAISE

Maria da Penha : l’évolution de la législation sur la violence contre les femmes, l’exemple d’un symbole feministe de résilience 

En 2006, le Brésil a promulgué une loi promouvant la protection des droits des femmes, baptisée en l’honneur de Maria da Penha, une femme ayant survécu à des violences domestiques. Neuf ans plus tard, la première femme présidente du pays a signé une loi introduisant un nouveau type d’homicide aggravé dans le code pénal brésilien : le féminicide. Cependant, le féminicide demeure un enjeu majeur dans notre société, car les femmes et les jeunes filles du monde entier sont quotidiennement victimes de violences fondées sur le genre. Quel que soit le contexte culturel, le motif de la violence reste le même : le genre.

En 2022, environ 48 800 femmes et filles dans le monde ont été tuées par leur partenaire intime ou un autre membre de leur famille (soit une augmentation de près de 8 % par rapport à l’année précédente). Selon le rapport conjoint d’ONU Femmes et de l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime, après ajustement en fonction de la population, le nombre de femmes tuées par leur partenaire intime ou un membre de leur famille était de 0,6 pour 100 000 en Europe, contre 1,5 dans les Amériques et 2,8 en Afrique. En moyenne, 55 % des meurtres intentionnels perpétrés par des partenaires ou des membres de la famille sont des féminicides. Il ne s’agit toutefois que de la pointe émergée de l’iceberg, car de nombreuses victimes de féminicides ne sont pas recensées en raison de la difficulté d’identifier les motifs liés au sexe. Il est important de noter que les évaluations subjectives ont été exclues de cette analyse. 

Bien que le terme « féminicide » semble être largement diffusé dans d’autres contextes culturels, ce n’est qu’en 2015 qu’il est apparu dans les dictionnaires français, la réalité européenne semblant ainsi différer de celle des femmes presque partout ailleurs dans le monde.

Après tout, qu’est-ce qu’un féminicide ?

Selon la définition donnée par l’agence des Nations unies pour les droits des femmes, les féminicides sont des « meurtres intentionnels motivés par des considérations de genre, (…) qui peuvent être motivés par des rôles de genre stéréotypés, la discrimination à l’égard des femmes et des filles, des relations de pouvoir inégales entre les femmes et les hommes, ou des normes sociales néfastes« .

En France, 109 femmes ont été victimes de féminicide en 2022, tandis qu’au Brésil, le nombre de victimes était de 1410 au cours de la même période. Si les féminicides semblent moins fréquents en Europe occidentale, où ce type de crime contre les femmes est relativement plus rare, la situation en Amérique latine est un brin plus complexe. Dans une région où la culture patriarcale est profondément ancrée dans la société, les maltraitances et autres comportements violents de la part des partenaires masculins sont largement normalisés. Les femmes qui refusent d’être soumises sont souvent exposées à un grand risque, et celles qui résistent doivent souvent encore endurer une longue bataille judiciaire pour que justice leur soit rendue.

Au Brésil, grâce à sa ténacité, une survivante de la violence fondée sur le genre a ouvert la voie et changé le cours des droits des femmes. Maria da Penha Maia Fernandes a été victime de violences domestiques pendant les 23 années de son mariage avec Marco Antônio Heredia Viveiros, un ressortissant colombien résidant au Brésil. En 1983, il a commis une double tentative de féminicide : il lui a tiré une fois dans le dos dans son sommeil, ce qui l’a laissée paralysée à vie. Lorsque Maria est revenue de l’hôpital après s’être remise de cette première tentative, l’agresseur l’a gardée en captivité dans sa propre maison pendant 15 jours, puis il a essayé de l’électrocuter sous la douche. Après ces tentatives, Maria a finalement décidé de réclamer justice, entamant une bataille qui a duré près de vingt ans.

Une bataille pour la justice qui a durée 19 ans et six mois 

La décision initiale dans cette affaire a été rendue huit ans après le crime, en 1991. Heredia Viveiros a été condamné à 15 ans de prison, mais il a été libéré à la suite d’un appel interjeté par sa défense. Le deuxième jugement a été rendu en 1996, lorsque l’accusé a été à nouveau condamné, cette fois-ci à 10 ans et 6 mois d’emprisonnement, peine à laquelle il a échappé après que sa défense a signalé des vices de procédure dans l’affaire. Pour obtenir justice, Maria da Penha a dû faire appel à une instance supérieure. En 1998, elle s’est associée au Centre pour la justice et le droit international (CEJIL) et au Comité latino-américain et caribéen pour la défense des droits de la femme (CLADEM) et a porté son affaire devant la Commission interaméricaine des droits de l’homme de l’Organisation des États américains (CIDH/OEA).

En 2001, la Commission a déclaré le Brésil responsable de sa « négligence, de ses omissions et de sa tolérance à l’égard de la violence domestique contre les femmes brésiliennes« , une grave violation des droits de l’homme et des obligations protégées par les traités dont le pays est signataire. L’une des recommandations de la Commission était que l’État brésilien dédommage Maria da Penha à la fois financièrement et symboliquement.

L’État lui a donc accordé une compensation monétaire et a rassemblé un groupe d’ONG féministes pour contribuer à la rédaction d’une loi visant à lutter contre la violence domestique et familiale à l’encontre des femmes. Le 7 août 2006, le président alors en exercice, Luiz Inácio « Lula » da Silva, a signé la loi fédérale n° 11.340, plus connue sous le nom de loi Maria da Penha, en signe de reconnaissance pour son combat en défense des droits des femmes dans le pays. 

Une nouvelle législation qui voit enfin le jour 

La loi a introduit le paragraphe 9 de l’article 129 du code pénal brésilien. Celui-ci prévoit que les auteurs de violences contre les femmes peuvent être arrêtés en flagrant délit et que leur détention préventive peut être ordonnée par le juge. Parmi les nombreux changements qu’elle apporte, la loi ouvre la possibilité aux autorités d’ordonner de nouvelles mesures préventives en cas d’urgence et/ou lorsque l’intégrité physique ou psychologique de la victime est en jeu. En outre, les agresseurs n’auront plus la possibilité d’être punis par des peines alternatives, et la durée maximale de l’emprisonnement est passée d’un an à trois ans et trois mois. De plus, la loi s’attaque aux comportements qui vont au-delà de la violence domestique physique, en définissant et en distinguant cinq formes de violence à l’égard des femmes : la violence patrimoniale, sexuelle, physique, morale et psychologique.

Selon une étude réalisée en 2015 par l’Instituto de Pesquisa Econômica Aplicada (IPEA), la loi a contribué à réduire de 10 % le nombre de féminicides. En effet, la loi a fonctionné grâce à l’amélioration des procédures de dépôt de plainte pour les victimes et à la mise en place de mécanismes juridictionnels plus efficaces, permettant ainsi au système judiciaire de mieux appréhender les cas de violence domestique. Le nombre de femmes signalant une forme de violence a augmenté, en grande partie grâce à la création de services spécialisés et de nouveaux postes de police dédiés à cet effet.

Enfin, la loi Maria da Penha portant uniquement sur la violence à caractère sexiste, il était nécessaire d’adopter une nouvelle législation spécifique pour incriminer le féminicide, qui constitue la plus horrible manifestation de violence sexiste qui soit. Cette première loi a ouvert la voie à l’adoption de sa loi complémentaire, la « Loi sur le féminicide ». Le 9 mars 2015, la présidente alors en exercice, Dilma Rousseff, a signé le texte de loi introduisant le féminicide dans le code pénal brésilien en tant qu’homicide simple ou aggravé commis à l’encontre d’une femme en raison de son sexe.

Le défi de la criminalisation du féminicide  

Au Brésil, la criminalisation des cinq formes de violence contre les femmes et du crime de féminicide est une intervention directe face aux normes culturelles patriarcales. En établissant divers mécanismes visant la sauvegarde des droits des femmes et leur protection contre leurs agresseurs, le pays reconnaît l’impact significatif de la révolution féministe qui a touché l’Amérique latine à la fin des années 2000. Cette reconnaissance est évidente puisque 18 des 24 pays de la région, dont le Brésil, ont intégré le crime de féminicide dans leur Code pénal depuis 2007.

Toutefois, si l’on s’en tient à l’aspect juridique, certaines critiques soulignent que la criminalisation du féminicide est inconstitutionnelle et injustifiée, car elle perpétuerait l’inégalité entre les hommes et les femmes et fausserait ainsi le principe de l’égalité devant la loi. C’est pourquoi, en France, le mot « féminicide » ne figure pas dans le Code pénal. Pourtant, le sexisme est actuellement reconnu comme une circonstance aggravante d’un crime ou d’un délit au même titre que l’homophobie ou le racisme dans l’article 132-77 du Code pénal, en plus d’autres circonstances aggravantes telles que le meurtre perpétré par le conjoint, le concubin ou le partenaire de PACS (qui s’étend même aux anciens partenaires), circonstances qui s’appliquent donc aux crimes commis entre partenaires, indépendamment de leur genre. 

En effet, alors que le parricide et l’infanticide ont disparu du code pénal en 1994, il semblerait problématique d’introduire le féminicide dans le code pénal de manière à ne pas compromettre l’égalité devant la loi. Malgré tout, les crimes qui seraient autrement classés comme féminicides sont souvent qualifiés de « crime passionnel », ce à quoi de nombreux activistes féministes s’opposent en raison de l’aspect dévalorisant et stigmatisant de cette expression. Bien que ces actes ne soient pas reconnus pénalement comme des féminicides, les médias et le discours diplomatique français sur la scène internationale semblent employer fréquemment le mot, afin de rester en accord avec les vocabulaires anglo-saxon et latino-américain.

Ainsi, il semble qu’ici ou au-delà de l’océan Atlantique, la lutte pour les droits des femmes est loin d’être terminée. Au Brésil, bien que la loi ait permis de faire avancer le nombre de plaintes et d’arrestations, le nombre de crimes perpétrés contre les femmes reste élevé, et le taux de féminicides semble être à nouveau en hausse ces deux dernières années.

En France, des aspects du crime de féminicide semblent être incriminés par le Code pénal au titre de certaines des circonstances aggravantes prévues. Néanmoins, l’acte n’est pas explicitement sanctionné pénalement, et même si les féminicides constituent un enjeu relativement mineur en Europe occidentale, on observe une augmentation de leur nombre partout dans le monde. L’introduction du crime de féminicide et sa mise en lumière dans le débat juridique en France et en Europe est un moyen de sensibiliser à la réalité quotidienne et révoltante de milliers de filles et de femmes, dont beaucoup ne sont malheureusement plus là pour raconter leur histoire.

Sources :

https://www.institutomariadapenha.org.br/quem-e-maria-da-penha.htmlhttps://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2018/02/02/qu-est-ce-que-le-feminicide_5251053_4355770.htmlhttps://www.unwomen.org/en/news-stories/feature-story/2022/11/five-essential-facts-to-know-about-femicide#:~:text=femicide%20is%20a%20universal%20problem,-Like%20all%20forms&text=Adjusted%20for%20total%20population%20size,Asia%3B%20and%200.6%20in%20Europe.https://www.lepoint.fr/societe/comment-le-terme-feminicide-a-reussi-a-s-imposer-26-03-2023-2513567_23.php#11https://www.cnj.jus.br/programas-e-acoes/violencia-contra-a-mulher/sobre-a-lei-maria-da-penha/https://fr.wikipedia.org/wiki/Loi_Maria_da_Penhahttps://www.institutomariadapenha.org.br/lei-11340/tipos-de-violencia.html#:~:text=Est%C3%A3o%20previstos%20cinco%20tipos%20de,patrimonial%20%E2%88%92%20Cap%C3%ADtulo%20II%2C%20art.https://g1.globo.com/monitor-da-violencia/noticia/2023/03/08/brasil-bate-recorde-de-feminicidios-em-2022-com-uma-mulher-morta-a-cada-6-horas.ghtml

Partager cette publication :
Facebook
Twitter
LinkedIn
Email
WhatsApp