Aujourd'hui :

lundi 26 février 2024

Le journal des étudiantes et étudiants de Lyon 3

Le Pape François et Emmanuel Macron à Kinshasa : victoire de la Francophonie !

2023 une année inoubliable

L’année 2023 a été inoubliable pour le Congo Kinshasa, puisque deux hautes personnalités de ce monde ont foulé pour la toute première fois la terre de Lumumba et Kabila. En premier lieu, il s’agissait du Primat d’Italie et en second lieu du locataire de l’Élysée. Quoique ces visiteurs soient venus en République démocratique du Congo au cours du même trimestre, un contraste a été remarqué entre la visite enthousiaste, paisible, réconfortante du chef de l’Eglise catholique, et l’arrivée nocturne du maître de l’hexagone. Contrairement au Pape François, l’arrivée de Macron a suscité à l’endroit de la population congolaise le fameux contagieux sentiment anti-français, qui tend à se répandre de plus en plus sur le continent africain ! En revanche, ce sentiment n’a pu subsisté au-delà de vingt-quatre heures, puisque le président Français a royalement subjugué les âmes kinoises par son passage électrique à Bandalungwa ; circonscription communale connue sous l’appellation générique de « Bandal c’est Paris ». Ce revirement va se maintenir durant une longue période en atteignant son summum lors des jeux de la francophonie. Ces jeux ont été une aubaine pour les Congolais et la communauté mondiale francophone. Certes, on peut alors critiquer la France, pourtant c’est peut-être parce qu’elle est au féminin que le monde l’apprécie tant…

Le pèlerin de paix François au Congo Kinshasa

Le Pape François est arrivé pour la première fois sur le sol congolais en date du 31 janvier 2023 sous l’étiquette de pèlerin de paix. Partant de cette visite désormais mémorable, cinq points essentiels sont à retenir. En premier lieu, le Saint-Père a tenu un discours historique devant les autorités politico-administratives de la RDC, les représentants de la société civile et le corps diplomatique présent au Congo. Le Pape s’est érigé en avocat de l’Afrique de manière générale et particulièrement comme celui de la RDC.  Ce dernier a fait état de divers maux qui affectent le pays et par ricochet le continent, en évoquant notamment ce célèbre passage : « Retirez vos mains de la RDC, retirez vos mains de l’Afrique : elle n’est pas une mine à exploiter ni une terre à dévaliser. Que l’Afrique soit protagoniste de son destin ». En deuxième lieu, un autre fait marquant de la visite du Saint-Père a été son émotion visiblement perçue à la suite des récits relatés par les différentes victimes des violences armées en RDC. En troisième lieu, l’engouement de la population a été tonitruant à la suite du discours tranchant livré par le cardinal Ambongo. Ce dernier n’a pas mâché ses mots à l’aéroport militaire de Ndolo au cours de la messe célébrée par le Pape. En quatrième position, François  a remarquablement invité la jeunesse à lutter contre la corruption d’autant que l’avenir de l’humanité se trouve entre ses mains. Le cinquième point marquant de ce pèlerinage a été sa franche rencontre avec les prêtres, les religieux ainsi que les séminaristes présents au Congo.  A cette occasion il a fait preuve d’un langage direct au sujet de la mission de ces derniers ; ensuite s’ajoute la rencontre entre François  et la conférence épiscopale congolaise à laquelle il a demandé de faire preuve de pardon à tous égards.   

Au-delà de l’engouement qu’a suscité l’arrivée du souverain pontife en RDC, c’est par plusieurs discours à la fois francs et compatissants que ce dernier a bien voulu s’exprimer. 

L’arrivée nocturne et discrète de Macron

En liminaire, les visites nocturnes au sein de la culture africaine n’ont pas toujours démontré une bonne impression.  Face à la montée de l’influence russe sur le territoire africain, le locataire de l’Elysée a entrepris une tournée en RDC après s’être rendu au Gabon, en Angola et au Congo-Brazzaville. Dans la foulée, plusieurs manifestants hostiles à sa présence ont réagi avec avance à la devanture de l’ambassade française de Kinshasa poussant Macron à s’amener nuitamment. Malgré ce tumulte, le président français est arrivé en terre congolaise sous la plus haute discrétion et dans la torpeur nocturne du 3 mars 2023. Le jour suivant, il a donné une conférence de presse au côté de son homologue Tshisekedi, conférence  qualifiée par les médias de « Clash » !  Cela étant, puisque le successeur de Hollande n’a pas directement condamné le Rwanda au sujet d’une agression que le Congo avancerait, en sus il a invité la RDC à prendre ses responsabilités. Face à cette claque, Tshisekedi a décrié le style paternaliste et colonisateur offensant les bonnes relations entre les deux États. En revanche, cette hostilité française ne s’est nullement éternisée d’autant que Macron et le musicien Fally ont offert un merveilleux spectacle à la population Kinoise par leur glorieux passage à Bandalungwa.                 

Dans une dynamique dialectique axée sur les rouages des relations internationales, il est évident que la visite de François  ait gagné l’assentiment du peuple tout en se voulant réconciliatrice ; à l’opposé de celle de Macron qui à première vue semblait être indésirable mais a tout de même fini par marquer les esprits d’une manière aussi particulière. Décidément, il en faut peu pour conquérir les âmes congolaises ! 

Les IX de la francophonie enflamme Kinshasa

De manière constante, vacillant entre certitudes et incertitudes le quotidien congolais a rayonné à l’occasion de l’organisation des neuvièmes jeux de la francophonie à Kinshasa ! Une aubaine à l’endroit du peuple afin d’oublier la misère et de s’attarder aux jeux… Quatre-vingt mille spectateurs se sont présentés à la cérémonie d’ouverture riche en couleurs. Près de 3000 jeunes sportifs et artistes du monde francophone ont participé à ces jeux. Ces hôtes ont pu expérimenter la convivialité qu’offre le Congo, pays naturellement riche et pauvre dans ses aspects socio-humains. 

Décidément, l’année 2023 a été marquée par de grands évènements. Les arrivées du Pape François et d’Emmanuel Macron ainsi que l’organisation pimpante des jeux dans la francophonie, ont permis à ce que la joie atteigne son comble ; et que l’oubli du désespoir ait momentanément une place.

Malgré cela, le quotidien de ce grand pays demeure incertain. L’avenir du Congo sillonne entre lueur d’espoir et fatalité indéniable, pendant que le sentiment anti-français fluctue au gré des évènements. Pourtant, il est important de se questionner sur l’expansion de ce sentiment anti-français, face à la place conséquente qu’occupe la langue de Molière dans la culture congolaise ! Malgré les acquis culturels français en RDC ainsi que l’importance de la coopération bilatérale, les Congolais détiennent l’espoir de toujours construire un pays plus beau qu’avant…

 








Sources :
Partager cette publication :
Facebook
Twitter
LinkedIn
Email
WhatsApp