Aujourd'hui :

lundi 26 février 2024

Le journal des étudiantes et étudiants de Lyon 3

L’Argentine : pays méconnu d’Amérique du sud

L’Argentine, pays méconnu d’Amérique du sud, est pourtant culturellement et humainement fabuleux. La plupart n’en aura entendu parler qu’à la suite de la coupe du monde qu’elle vient de remporter à nos dépens. L’État de la fin du monde renferme de multiples secrets dignes d’admiration et qui pourraient attirer les potentiels explorateurs qui résident en chacun de nous. Pour ma part, l’Argentine signifie beaucoup, d’abord, car elle a su m’accueillir à l’occasion d’un échange d’un an à la veille de la pandémie du covid-19 et ensuite par les rencontres qui s’y sont produites. Plus récemment, avec mon correspondant argentin, nous n’avons eu de cesse de discuter avec extase de cette culture remarquable. L’idée m’est alors venue de la partager, j’ose espérer qu’elle animera en vous une curiosité nouvelle. C’est ainsi, avec une plume exaltée que je m’empresse de vous offrir ces quelques lignes qui sauront certainement faire cavaler votre esprit loin des périodes embuées de révisions et de ces amphithéâtres dont les sièges grincent tragiquement. 

Cette ancienne colonie espagnole est fédérale, elle contient en effet 23 provinces et une capitale autonome : Buenos Aires. Son immensité renferme des paysages allant des glaciers d’Ushuaïa, aux immenses plaines verdoyantes de Formosa en passant par les fameuses chutes d’Iguazu et les montagnes désertiques de Salta. Ces terres, fortement imprégnées par le catholicisme, viennent de connaître une petite révolution en 2020 avec la légalisation sans condition de l’avortement. Sa devise : « Dans l’union et la liberté » reflète avec justesse l’esprit de l’Argentine à la fois joviale, rassemblée autour du football avec des célébrités comme Maradona ou Messi et à la fois désireuse de préserver son indépendance. Son essence réside dans des personnalités telles que Che Guevara, Piazzola et son tango ou encore Jorge Luis Borges célèbre homme de lettres. 

Avec ses 45 millions d’habitants, la République d’Argentine dispose de multiples peuples originaires. Toutefois, ils ne représentent pas plus de 4,5 % de la population en raison du métissage, des maladies et sévices subis, tandis que 95 % de la population descend des italiens et des espagnols. De caractère, les argentins sont fiers, enthousiastes et fêtards. Leur histoire les a forgés dans leur volonté d’émancipation illustrée par la révolution du 25 mai 1810 signée officiellement le 9 juillet 1816 par l’ensemble des provinces. Ils éprouvent un fort sentiment de rivalité vis-à-vis de l’Angleterre, les ayant envahi par deux fois et ayant conservé les Malvinas, îles sacralisées dont l’imputation à l’occasion de l’indépendance a laissé un souvenir amer ainsi que la guerre brutale de 1982. Ce trait particulier n’est pas sans rappeler notre propre animosité historique vis-à-vis de notre voisin d’Outre-Mer. De même, il existe une similitude troublante entre notre Marianne et l’allégorie de l’Argentine caractérisée par une femme au bonnet phrygien se dressant fièrement dans une tunique sur de multiples statues. En ce sens, très inspirés par notre révolution, ils ont repris la symbolique du bonnet phrygien, symbole que nous avions nous-même repris aux esclaves grecs affranchis. Il semble dans l’ordre des choses que les pays s’influencent mutuellement à différentes époques. En effet, un de mes chers professeurs que certains reconnaîtront assurait « qu’il n’y a de nouveauté que pour les amnésiques ». 

Parlons peu, parlons mieux ! Les mets qui ravissent les gourmets s’apprêtent à être enfin révélés. Tout comme nous les argentins disposent de spécialités délicieuses mondialement reconnues tels que les empanadas, petites tourtes fourrées à la viande ou encore aux légumes. L’asado, un barbecue traditionnel, constitue un repas incontournable en famille. De même, les argentins se partagent du mate qui est une herbe coupe-faim dont ils remplissent un gobelet en courge séchée ou une calebasse. Pour ce faire, ils versent à l’aide d’une gourde appelée bombillasse de l’eau brûlante à l’intérieur qu’ils aspirent ensuite à tour de rôle à l’aide d’une paille filtre. Si l’eau est fraîche, ils appellent cela de terere (qui se prononce « tedede »). Les palais sucrés seront comblés par les alfajores, des tartelettes enrobées de diverses couches de chocolats et de caramel. Les media-lunas sont, elles, des petits croissants recouverts de miel auxquels parfois s’ajoutent du jambon et une tranche de fromage. Et in fine, se retrouve l’immanquable dulce de leche, un onctueux caramel liquide qu’ils insèrent dans tous leurs gâteaux. 

On ne peut s’intéresser à l’Argentine en omettant les périodes difficiles qui l’ont traversé. En effet, si le président Péron à tendance autoritaire a su maintenir par la nationalisation massive et les subventions l’économie, le pays de la plata (de l’argent) s’est essoufflé après la Seconde Guerre mondiale. Fleuron de l’agriculture et de l’élevage bovin, les importations vers l’Europe se sont effondrées avec le retour de la paix sans que les gouvernements successifs, dont certains forts militaires, ne puissent contrer le malaise grandissant qui s’empare peu à peu du pays. L’ouverture de l’économie à l’international a eu un effet dévastateur sur ce pays encore peu industrialisé qui n’a su s’adapter à la concurrence qu’impose la mondialisation. Ainsi, des crises économiques ont secoué l’Argentine comme en 2001. Aujourd’hui encore, une nouvelle sévit conduisant à une fuite des cerveaux. La monnaie s’est dévalorisée massivement, toutes les importations sont taxées à 70 % et l’inflation demeure draconienne notamment avec les 57 milliards à rembourser au FMI. Comment oublier également que les nombreuses dictatures ont affecté durablement le cœur des Argentins, comme les disparitions de milliers de personnes, les exils, les générations envoyées dans une guerre perdue d’avance ou des vols de bébé par centaines notamment sous Videla ? Aujourd’hui, si la dictature a disparu, la corruption reste abondante en politique et la question des communautés LGBT+ ou encore de l’avortement et du féminicide reste particulièrement un sujet polémique.

Parallèlement, l’Argentine possède avant tout une âme brillante, sociable qui aime l’échange et le partage. Les habitants sont passionnés et vont naturellement s’intéresser aux autres tout en faisant découvrir les joyaux de leur pays. Qui n’a pas entendu parler du tango, la danse typique ou écouté un air de reggaeton de Paolo Londra ou de Maria Becerra ? Saviez-vous que le pape François est également originaire d’Argentine ? La faune et la flore de l’Etat de la fin du monde sont diverses et très riches de la Patagonie jusqu’aux frontières de ses voisins : le Chili, la Bolivie, le Paraguay, le Brésil et l’Uruguay. Les amateurs de patrimoines seront ravis de découvrir le théâtre Colon, l’obélisque de l’indépendance, le cimetière de Recoleta, le Caminito (un quartier de pêcheurs coloré), la Casa Rosada du président Alberto Fernandes ou le monumental stade de Rivers ou de Boca junior. Parmi les inventions célèbres du pays, on retrouve les bus en 1828, la première station de radio du monde en 1920 ou encore le premier dessin animé en 1917. 

S’il fallait encore convaincre quelques indécis de s’intéresser davantage aux champions du monde, je dirais que vous seriez troublés par l’intense aura qui s’échappe de ces grands espaces et que rien ne dissipe la gentillesse irréfragable de ce peuple atypique qui respire la vie. L’Argentine est mon pays de cœur, car elle a su me toucher jusqu’au plus profond de mon être comme rare le peuvent et je suis intimement convaincue qu’elle fera de même avec tous ceux qui sauront s’en imprégner. La béatitude et la sérénité qui vous envahissent lorsque vous contemplez ces immensités sont indescriptibles et je ne saurais m’en approcher suffisamment pour vous témoigner sa grandeur. Toutefois, j’espère que ces quelques lignes sauront aiguiser votre curiosité et vous permettront de vous évader un instant de votre quotidien dans les terres lointaines de l’Argentine.





Sources :

Source image : Eva Tissot

Partager cette publication :
Facebook
Twitter
LinkedIn
Email
WhatsApp