Aujourd'hui :

dimanche 14 juillet 2024

Le journal des étudiantes et étudiants de Lyon 3

La crise au Venezuela : Le Big Mac le plus cher du monde

Dans des pays comme la France, un Big Mac peut coûter aussi peu que 9,95 euros. Ce coût peut descendre à 8 € et atteindre 11,5 € selon les villes. Mais au Venezuela, un hamburger de cette chaîne de restauration rapide emblématique coûte jusqu’à 30 millions de bolivars, soit l’équivalent de 3 salaires minimums mensuels. Et pour couronner le tout, il faut planifier trois semaines à l’avance si vous prévoyez d’acheter ce repas rapide en espèce, car le gouvernement limite les retraits aux guichets automatiques à 10 millions de bolivars par semaine.

Selon l’indice Big Mac élaboré par le magazine “The Economist”, le célèbre hamburger vendu 29 fois par seconde par McDonald’s, atteint son prix le plus élevé au Venezuela. Cette étude est réalisée par ce magazine depuis plus de 35 ans et sert à mesurer la valeur des différentes monnaies dans le monde selon la « parité du pouvoir d’achat”. « En utilisant le prix d’un Big Mac dans chaque pays converti en dollars, il est possible de déterminer si la monnaie est surévaluée ou sous-évaluée. L’étude a permis de montrer que le Venezuela peut être classé comme le pays ayant la plus forte surévaluation de sa monnaie, plus précisément 47% devant la Suisse et la Norvège.

Entrer dans le détail des causes à l’origine de ces chiffres stupéfiants serait plonger dans un trou noir sans fin, cependant parmi les principales raisons de la pire hyperinflation de l’histoire américaine peut être de figurer : 

  1. L’économie, qui dépend historiquement des ressources naturelles, plus particulièrement du pétrole. Ironiquement, bien qu’il possède les plus grandes réserves de pétrole au monde, le Venezuela connaît une pénurie de solvants pour raffiner son propre brut, due au désinvestissement, au manque d’entretien des raffineries du pays, et la politisation de l’industrie.

*Fun fact : pendant quelques années, vers 2017, vous pouviez payer le carburant pour les voitures avec de la nourriture, car celle-ci valait plus que l’argent liquide qu’une personne pouvait posséder.* 

  1. L’impression d’une grande quantité de monnaie pour tenter de financer le déficit public, provoquant une instabilité des prix. En effet, au Venezuela, le prix d’un produit peut doubler ou tripler du jour au lendemain, ce qui a conduit le gouvernement à procéder à trois reconversions monétaires depuis le début du siècle, en supprimant six zéros du bolivar. L’hyperinflation en 2018 s’est avérée incontrôlable, lorsque 4 036 194,85 bolivars ont été échangés contre un seul dollar américain.
  2. Les importations et exportations frauduleuses qui permettent ce qu’on appelle le syndrome hollandais, c’est-à-dire la mauvaise gestion ou le mauvais placement de flux importants de devises étrangères, ce qui génère des déséquilibres du taux de change

Ces faits et d’innombrables autres qui reflètent la mauvaise gestion de l’administration vénézuélienne ont conduit à la plus grande crise économique, politique et humanitaire de l’histoire, qui peut être comparée à des situations de guerre comme celle de l’Allemagne après la Seconde Guerre mondiale. 

Les conséquences reflétées au cours de la dernière décennie sur le peuple vénézuélien sont indéniables, mais elles sont surtout ignorées et normalisées par le gouvernement, qui prétend tout avoir sous contrôle. Alors que l’inflation a augmenté au fil des ans pour atteindre environ 5 395 536 286 %, les conséquences de la mauvaise gestion du pays ont entraîné des conséquences qui resteront dans la mémoire du monde comme l’une des pires crises humanitaires du monde. L’extinction de la valeur de la monnaie, la migration de 30% de la population, l’augmentation du chômage à 58%, les salaires indignes (les plus bas du monde) à moins de 10 dollars, mais surtout la malnutrition de la population avec 87% d’entre eux qui n’ont pas les moyens de se nourrir; sont des conséquences directes de cette crise que le président Nicolas Maduro nie, considérant qu’il s’agit d’une guerre économique des spéculateurs et des contrebandiers pour saboter son gouvernement.

Selon la statistique de l’Université catholique Andrés Bello (UCAB) en 2021, 94% de la population se trouve sous le seuil de pauvreté, dont 76,6 % vivent dans la misère. Bien que les niveaux de pauvreté aient diminué de nos jours, l’écart entre les différentes classes sociales s’accroît, c’est-à-dire qu’il y a moins de personnes en situation de précarité mais plus d’inégalités. « Nous sommes revenus aux niveaux de pauvreté multidimensionnelle de 2018, en raison de la reprise économique, mais la pauvreté pour des raisons sociales a augmenté », a souligné le sociologue Luis Pedro España. 

Cela s’explique par le fait que, même si l’économie peut connaître une amélioration grâce à la mise en œuvre des paiements en devises dans le pays, les familles sont toujours touchées par les inégalités. Pour que le dynamisme économique prospère en termes de bien-être social, il est nécessaire de mettre en œuvre des politiques publiques différentes de celles qui existent aujourd’hui. L’analyse de l’Espagne montre qu’en termes de revenu moyen par habitant, l’écart entre le groupe le plus pauvre et le groupe le plus riche est 70 fois supérieur, soit une moyenne de 7,9 dollars par mois contre 553,2 dollars par mois, ce qui fait du pays le « plus inégalitaire d’Amérique. » En outre, « près de 40 % des ménages aux revenus les plus élevés se trouvent à Caracas. Et Caracas ne concentre que 16 % des ménages du pays », a souligné España.

Bien que la situation du Venezuela au cours des dernières décennies puisse être qualifiée de véritable catastrophe, dépassant les attentes (et non les attentes positives) des experts et même de son propre peuple, le Venezuela reste un pays d’opportunités, avec des richesses naturelles dont d’autres pays ne peuvent que rêver, avec des paysages et des réserves naturelles qui captivent les locaux et les étrangers, avec une culture et un cuisine riche en traditions. Nous avons la plus longue chute d’eau du monde, “el Santo Ángel”, qui, pour l’anecdote, est celle du film Pixar “Là-Haut.” Nous avons remporté 7 couronnes du concours Miss Univers, ce qui nous place en deuxième position parmi les pays ayant le plus de gagnantes au concours. Nous avons des talents musicaux renommés comme Gustavo Dudamel ou des talents sportifs avec des records mondiaux comme Yulimar Rojas. En somme, nous sommes un peuple amical, talentueux, mais surtout humble qui a été négligé et réprimé par son gouvernement. 

Le venezuela, mon pays, ma maison, l’endroit qui a fait de moi la personne que je suis aujourd’hui mais d’où j’ai dû partir pour m’assurer un meilleur avenir, est un pays d’une profonde beauté derrière une situation économique terrible mais qui a tant à offrir si seulement il tombait entre les mains de bonnes personnes.



Sources :

Source image : Canva

Partager cette publication :
Facebook
Twitter
LinkedIn
Email
WhatsApp