Aujourd'hui :

jeudi 30 mai 2024

Le journal des étudiantes et étudiants de Lyon 3

États Unis et puis l’Amérique

L’une des nations les plus puissantes du monde manque de sa propre culture, alors elle la cherche partout ailleurs. Elle revendique le nom d’un continent entier et nous la suivons dans sa démarche. Dans cet article, nous allons explorer l’importance des démonymes et des toponymes dans l’identité d’une nation, tout en examinant comment la langue a toujours été et continue d’être un moyen d’affirmer son pouvoir et sa domination. Pour faire une précision, au long de l’article lorsque le terme “américain” est employé, ça sera dans le sens du continent américain. Pour me référer aux États Unis, le terme étasunien semble adéquat.

Origines; Démonymes, Ethonymes, Toponymes

Un démonyme est le mot que nous utilisons pour désigner les personnes, les natifs ou les résidents, d’un lieu particulier. Le préfixe grec dem signifie « peuple » et le suffixe onym se traduit essentiellement par « nommer le peuple ».  À ne pas confondre avec ethnonyme, qui fait référence à un groupe ethnique particulier. Il peut parfois entrer en conflit avec la nationalité, car un individu peut se sentir plus identifié à son ethnie qu’à sa nationalité. Le démonyme est donc un nom attribué à un groupe de personnes, et il correspond à la manière dont elles sont appelées ou connues. Enfin, un toponyme est dérivé du nom d’un lieu. Les Incas, par exemple, appelaient la vallée de l’Aconcagua « Chili », ce qui signifie « là où la terre s’arrête » ; c’est ainsi que les indigènes l’appelaient et le nom a évolué jusqu’à l’actuel pays, le Chili. La Colombie, qui s’appelait auparavant la République de Nouvelle-Grenade, a reçu son nom actuel en 1863, en référence à l’explorateur, et non au découvreur, Christophe Colomb. Honduras quant à lui à obtenu son nom qui signifie « profondeurs » en espagnol en référence à la profondeur de la baie de Trujillo qui permettait aux grands moutons espagnols d’y pénétrer. 

Dans tous ces cas, les noms géographiques sont généralement porteurs d’un contexte historique et sont donc très importants pour la culture des nations, ils proviennent d’un héritage culturel et sont porteurs de leur histoire et de leur civilisation. Comme l’indique le rapport du groupe d’experts des Nations unies intitulé Historical Geographical Names  déclare : « Il appartient au comportement de la volonté du peuple de transmettre les lieux où il a vécu et qu’il a aimés ». La volonté d’un peuple de transmettre ses concepts culturels et de les étendre au nom d’un lieu pour les rendre éternels remonte à bien avant, à des temps anciens où il n’y avait même pas d’alphabet ou d’écriture.

Les adjectifs utilisés dans les démonymes dénotent généralement l’origine géographique et sont formés à partir des noms de pays. Dans cet ordre d’idées, la plupart des États prennent généralement le nom du pays et y ajoutent un suffixe. D’autres pays font exception, comme les Français ou les Néerlandais en anglais, mais aucun pays ne s’est approprié un démonyme comme l’ont fait les États-Unis d’Amérique. Les États-Unis n’étant pas la seule masse continentale de la planète à porter le mot Amérique, leur démonyme entre en conflit avec celui utilisé pour désigner les habitants du continent américain.

 

América, Aka Abya Yala

El nuevo mundo, América ou Abya Yala, est un continent partagé par 57 pays et territoires dépendants. Les 43 millions de kilomètres et 28% de la surface habitable de la Terre sont souvent divisés entre le nord et le sud du continent. C’est pourquoi il semble étrange d’utiliser l’Amérique pour désigner un seul pays, et il semble que continuer à le faire conduirait à l’appropriation de l’identité collective pan-continentale. Mais pour comprendre l’émergence du vocabulaire américain, il est nécessaire de revenir sur son origine.

Lorsque le géographe Amerigo Vespucci arrive en Amérique, il parle de la découverte d’un nouveau continent. Plus tard, le cartographe allemand Martin Waldseemüller utilise le nom d’Amérique ou de terre d’Amerigo pour désigner lui-même la région en 1507. Dans son traité de géographie, le continent apparaît pour la première fois séparé de l’Asie et en deux moitiés reliées par un isthme. Le cartographe déclare : « Et je ne vois rien qui nous empêche de l’appeler, raisonnablement, la terre d’Amerigo, du nom de son génial découvreur, ou simplement l’Amérique, puisque l’Europe et l’Asie ont aussi reçu leurs noms de femmes. » Cependant, certaines inexactitudes apparaissent dans les traités car, des années plus tard, il reviendra pour changer le nom de l’Amérique en « Terra Incognita » en corrigeant que c’est Christophe Colomb, mandaté par le roi de Castille, qui a été le premier à « découvrir » le continent. Cette information serait également fausse car il est bien connu que les navires vikings connaissaient la terre d’Amérique bien avant les Européens, sans compter qu’il n’est pas possible pour une personne de découvrir quelque chose qui existait déjà avant son arrivée et qui possédait déjà des civilisations et des cultures autonomes. Le nom « Amérique » pour le continent a également été contesté par les tribus indigènes. Ainsi, lors du deuxième sommet continental des peuples et nationalités autochtones d’Abya Yala, le terme Abya Yala a été utilisé pour la première fois, ce qui signifie en langue guna « terre en fleurs ». On sait que les Guna de Colombie et du Panama désignaient par ce terme la partie méridionale du continent mais aussi leurs terres ancestrales, un concept immatériel.  Autres organisations indigènes d’Amérique latine ont décidé d’adopter le mot Kuna pour désigner le continent. Avant de passer en revue brièvement le nom des États-Unis d’Amérique, il est nécessaire d’apporter quelques précisions géographiques. L’Amérique anglo-saxonne comprend les États-Unis et le Canada. Dans ses territoires, c’est la colonisation du Royaume-Uni de Grande-Bretagne qui a prédominé. L’Amérique latine est composée des pays dont la langue officielle est dérivée du latin, ce qui permet d’inclure la culture espagnole, portugaise et française (dérivée du latin), également appelée Amérique du Sud. Certains pensent que l’Amérique du Nord et l’Amérique du Sud sont deux continents différents, qui verraient leur frontière dans le canal de Panama, mais la doctrine prédominante considère qu’il s’agit d’un seul continent avec trois régions, l’Amérique du Nord, l’Amérique centrale et l’Amérique du Sud.

Et d’où vient le terme « États-Unis » ? Il est important de rappeler que les tribus indigènes parlaient des langues différentes et qu’elles n’avaient pas de nom particulier pour désigner la zone géographique que nous connaissons aujourd’hui sous le nom de « États-Unis ». Le nom donné par les Britanniques au territoire en question était « colonies unies d’Amérique du Nord ». Lorsque la révolution a éclaté, Thomas Jefferson a utilisé les termes « États-Unis d’Amérique » dans sa première version de la déclaration d’indépendance, mais ils ont été remplacés par « Déclaration unanime des treize États-Unis d’Amérique ». Le nom n’était pas fixe ; certains États souhaitaient un nom plus représentatif et plus poétique. Une alternative proposée était Columbia, mais la constitution des États Unis a conservé le nom d’États-Unis d’Amérique. Samuel Latham Mitchell était un partisan du mot Fredonia et de ses dérivés : fredonia, freed, bien que le nom du démonyme ait gagné un peu de terrain, il est devenu plus tard un outil de critique à l’égard des patriotes les plus extrêmes. Mitchell est l’auteur probable d’un essai non signé intitulé « Generic Names for the Country and People of the United States of America » (Noms génériques pour le pays et le peuple des États-Unis d’Amérique). Dans une lettre adressée à Thomas Jefferson le 4 décembre 1803, il écrit : « Je demande l’autorisation d’offrir au président, pour son amusement, les spéculations ci-jointes sur un nom géographique pour le pays qui jouit d’un tel bonheur politique sous son administration », en faisant référence à « Fredonia ».

Il semble ironique de penser qu’une nation adopterait son nom en référence à un personnage qui n’a pas posé le pied sur ses terres ; en fait, Amerigo Vespucci a exploré la côte nord de l’Amérique du Sud, en naviguant vers le sud, et on ne sait toujours pas si c’est Giovanni Caboto, envoyé par la couronne anglaise en 1497, qui a atteint l’Amérique du Nord en premier ; cette thèse est soutenue par le Dr Alwyn Ruddock, bien que les recherches ne soient pas concluantes et que l’on soupçonne toujours qu’il ait ordonné la destruction de toutes ses recherches avant sa mort. Ce qui est clair, en revanche, c’est que cette désignation, que nous avons tous semblé accepter jusqu’à présent, a un impact sur notre perception des États-Unis et, par conséquent, sur l’invisibilité de ses régions voisines. Ce qui est clair, en revanche, c’est que cette désignation, que nous avons tous semblé accepter jusqu’à présent, a eu un impact sur notre perception des États-Unis et, par conséquent, a perpétué l’invisibilité de ses régions voisines.

Impact et alternatives

Le fait que les citoyens des États-Unis s’appellent eux-mêmes « Américains » gêne de nombreuses personnes, en particulier les Latino-Américains, qui voient dans l’appropriation de l’identité collective de tous les peuples et pays de l’hémisphère occidental un acte manifeste d’impérialisme culturel. C’est pourquoi il semble nécessaire et important de trouver un substitut dans le vocabulaire anglo-saxon au moins, puisque d’autres langues désignent le pays comme « United States » et ses habitants comme « Estado Unidenses ». En théorie, plusieurs options ont été proposées, mais très peu ont été mises en pratique.

L’architecte Frank Lloyd Wright a utilisé le terme Usonian en abréviation de United States of North America. Son objectif était de créer un style national distinct abordable pour les gens ordinaires des États-Unis. Cible de nombreuses critiques, en 1927 il dit « Samuel Butler nous a donné un bon nom. Il nous a appelés Usoniens, et notre nation d’États combinés, Usonia. Pourquoi ne pas utiliser ce nom ?” D’autres propositions ont été des nonce words, créés pour l’occasion, comme des sortes de néologismes, comme United Statesian, le Diccionario Panhispánico de Dudas de la Real Academia Española recommandait plutôt « estadounidense ». L’écrivain H. L. Mencken a recueilli un certain nombre de propositions entre 1789 et 1939, et a trouvé des termes tels que « Columbian, Columbard, Fredonian, Frede, Unisian, United Statesian, Colonican, Appalacian, Usian, Washingtonian, Usonian, Uessian, U-S-ian, Uesican, United Stater ». En Oklahoma, les habitants sont parfois appelés « sooners », en Caroline du Nord « Tar heel », en Indiana « Hoosier », en Iowa « Hawkeye », en Nebraska « Cornhuskers », en Ohio « Buckeye ». Même dans la fiction, nous avons trouvé les cultures et le rôle important que joue leur démonyme pour construire un sentiment de réalité et d’appartenance. 

 

Langue comme affirmation de pouvoir 

Il est surprenant de constater à quel point cette question est souvent sous-estimée, le peu de choses que l’on trouve sur la manière dont la mise en œuvre de ce type de démonymes « américains », qui plus est dans un cadre universitaire, influence grandement la conception du monde et le pouvoir intrinsèque qu’elle confère à certaines nations par rapport à d’autres. Comme le souligne un article de Stanford; The power of language: How words shape people, culture.; « le langage peut jouer un rôle important dans la façon dont nous et les autres percevons le monde, et les linguistes travaillent à découvrir quels mots et quelles phrases peuvent nous influencer, sans que nous le sachions« . 

Cette dénomination et ce choix de mots peuvent sembler superficiels, mais il faut comprendre qu’il s’agit d’un conflit localisé, et ceux qui sont privés d’exposition ont peut-être aussi des choses à dire à ce sujet. Inconsciemment, ou consciemment pour certains, l’utilisation de l’Amérique comme dénominateur commun des États-Unis d’Amérique renforce non seulement l’hégémonie que le géant de la démocratie s’efforce de construire, mais elle écarte, disqualifi e et oublie un certain nombre de pays, de cultures et des régions qui font aussi partie du continent américain. Bien qu’il soit difficile d’agir dans le domaine militaire et politique interétatique, du moins de notre point de vue, en ce qui concerne l’hégémonie yankee, la langue représente un outil qui se trouve sous nos yeux pour au moins valider et faire connaître d’autres pays de la région. 

Le pouvoir de la langue et l’utilisation du vocabulaire ont fait l’objet de nombreuses études, ces dernières ayant montré comment les différences de discours correspondent aux croyances intrinsèques et aux préjugés des interlocuteurs. Un article sur le langage et le pouvoir rédigé par les chercheurs Sik Hung Ng et Fei Deng du département de psychologie de l’université Renmin de Chine et de l’école d’études étrangères de l’université agricole de Chine du Sud annonce que la langue est un référent de l’identité sociale, mais pas seulement : « La langue est également un marqueur public de l’identité ethnolinguistique [. . .], si forte que les gens sont prêts à aller à la guerre pour la défendre, tout comme ils défendraient d’autres marqueurs de l’identité sociale, tels que leur drapeau national« . Dans cet ordre d’idées, nous voyons une relation directe entre le langage et le pouvoir, dans l’article une différence est faite entre le pouvoir derrière le langage (celui qui montrerait que le langage révèle ou reflète le pouvoir) et le pouvoir du langage (celui qui postule que le langage maintient une existence de domination). Puisque nous avons démontré le fait que les mots ont une connotation significative avec des conséquences cognitives et sociales, il est seulement laissé à l’appréciation personnelle de chaque personne de décider quels mots utiliser, en connaissant à l’avance la connotation et le contexte qu’ils comportent.

 

Enfin, il est important de replacer notre attention dans le contexte universitaire. Dans son livre Changing Identities in Higher Education (1977), Ronald Barnett parle du rôle des universités dans le monde.  Il y indique comment, selon lui, cette institution doit rechercher un nouveau vocabulaire et de nouveaux cadres pour ses interprétations et ses développements dans l’enseignement supérieur. La langue est évolutive et s’adapte aux sociétés, ce n’est pas quelque chose de fixe dans le temps et l’espace, il n’est donc pas impossible de changer les mauvaises habitudes et, dans notre cas, malgré le nationalisme qui veut s’appeler « américain ».

 

Le contexte de l’hégémonie étasunienne 

Le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Zhao Lijian, a parlé du Sommet des Amériques : « En tant qu’hôte du sommet, les États-Unis doivent mettre fin à toutes leurs approches hégémoniques, respecter concrètement les pays d’Amérique latine et des Caraïbes, écouter humblement la voix de la justice émanant de la majorité de ce continent ». Les autorités des États Unis défendent leur action en déclarant que « le but ultime d’une stratégie atlantique est de créer les conditions d’une zone atlantique stable, prospère et sûre qui soit alignée, ou du moins favorable, à la vision de l’Amérique pour la région ».  Avec la montée de la gauche en Amérique latine, au Mexique, en Argentine, au Brésil et en Colombie, les politiques  étasuniennes ne sont plus aussi influentes qu’elles l’étaient, car nous voyons l’hégémonie décliner. Mais d’où vient la domination et le contrôle épuisants des États-Unis sur l’Amérique latine ? Et pourquoi ont-ils peur de laisser les nations se développer librement ?

Il est clair que l’impact de la guerre froide s’est traduit, aux États-Unis, par la panique et la peur de l’émergence possible du communisme dans les pays voisins. Terrifiés par Cuba et le point faible qu’elle représentait pour eux, comme en témoigne la crise des missiles de 1962 par exemple, les États-Unis se sont engagés sur la voie du renforcement de leur influence dans le sud du continent surtout. À partir de ce moment, les États-Unis ont poursuivi à plusieurs reprises leur interventionnisme dans les pays américains, soit en aidant financièrement les candidats pro-américains, soit en amenant les gouvernements à conclure des accords « amicaux » à leur profit et parfois contre les intérêts de ces nations.  La soi-disant « guerre contre la drogue », avec des investissements américains astronomiques dans des opérations en Amérique latine telles que le Plan Colombie, sans résultats positifs majeurs en termes de production de cocaïne, ou l’Initiative Mérida au Mexique, en sont quelques exemples. On peut ajouter les programmes de formation américains, destinés à former du personnel militaire jusqu’en 2002 au Venezuela et en 2009 au Honduras.  

L’objectif général semble toujours de maintenir l’hégémonie étasunienne dans la région, avec différents niveaux d’intervention, par exemple plus marqué avec le Plan Condor avec Henry Kissinger, et d’autre part le nationalisme extrême de l’administration Trump a fait resurgir un sentiment d’anti-impérialisme au Mexique par exemple. Ricardo Guerrero, analyste et juriste mexicain l’a très bien dit en annonçant que  » Si l’Amérique latine est assemblée comme un tout, c’est une pièce avec laquelle il faut compter sur l’échiquier géopolitique mondial  » et c’est une puissance que les États-Unis verront d’un mauvais œil comme un caillou dans leur chaussure. C’est pourquoi ils tentent de contenir tout partenariat interrégional dans le cadre de la domination étasunienne. 

 

Une manière de réaffirmer une hégémonie

Le RAE précise : « Il ne faut pas oublier que l’Amérique est le nom du continent tout entier et que tous ceux qui l’habitent sont des Américains ». La simple évidence de l’absence de tout effort de la part du gouvernement américain, ou de toute autorité en charge de l’utilisation correcte de la langue, pour changer la situation actuelle de leur incapacité à établir leur propre démonyme, démontre encore plus leur désintérêt pour les nations voisines. Cette construction d’un exceptionnalisme américain a pour conséquence de priver les autres pays d’une représentation appropriée. Bien qu’elle puisse sembler obsolète ou insignifiante, elle a inconsciemment un impact énorme sur l’esprit des peuples du monde.  Cela devient d’autant plus problématique qu’au cours des dernières décennies, l’anglais est devenu une langue mondiale, « une lingua franca internationale ». Sur les 7,8 milliards d’habitants de la planète, environ 1,35 milliard parlent l’anglais. Nombreux sont ceux qui vont jusqu’à dire qu’il est en passe de devenir la langue « universelle ». 

 

En 2009, Robert Phillipson, professeur émérite à l’école de commerce de Copenhague, qualifie ce phénomène d' »impérialisme linguistique » ; une pression est exercée sur le reste des nations du monde pour qu’elles s’accommodent et s’adaptent à l’anglais, preuve en est que cet article est disponible également enanglais. S’il ne faut pas oublier l’influence de l’empire colonial britannique dans la diffusion massive de la langue anglaise, il est vrai que le soft power des États-Unis a maximisé l’étendue de la diffusion de la langue, de même que la mondialisation et sa résonance médiatique.  Cela ne fait que démontrer le nationalisme linguistique des États-Unis, bien sûr ce phénomène n’est pas propre à l’Amérique du Nord, car comme l’explique Alan Patten dans son article Les racines humanistes du nationalisme linguistique, bien avant eux, les Français, les Espagnols et les Italiens ont également emprunté cette voie de la domination linguistique. Mais comment une langue « universelle » peut-elle avoir de tels écarts par rapport aux pays et à leur dénomination.

 

Le fait qu’une nation s’octroie le statut de continent donne du grain à moudre à ses supposés « égaux ». On peut interpréter que les Etats-Unis ont tendance à regarder de haut les nations américaines. Leur sphère d’influence a valu à l’Amérique latine d’être qualifiée d' »arrière-cour de l’Amérique ». Les États-Unis ont été considérés pendant une grande partie de l’histoire comme une nation exemplaire, cependant elle est dépourvue de culture et de traces historiques. Il est compréhensible de penser qu’il est difficile de trouver un terme approprié pour un groupe ethnique aussi varié. On peut mettre en avant que les “vrais Amérindiens » sont peu nombreux et l’extermination systématique des tribus et communautés indigènes d’Amérique du Nord a contribué à l’absence de sentiment historique national. En réponse à cette situation, on tente de construire une image fictive de la culture étasunienne avec des symboles très clairs; un aigle guide de la liberté, des étoiles et des rayures colorées, toute cette personnalité construite termine par sembler très artificielle. Cependant, il faut dire que le manque de culture et de repères des habitants des Etats-Unis n’est pas et n’a pas été la faute des autres nations américaines.

 

Pour apaiser les tensions entre les nations américaines, les États-Unis ont proposé de substituer en quelque sorte le nom du continent en y ajoutant un dénominatif pluriel ; il s’agirait donc des « Amériques », c’est ainsi qu’a été présenté l’idée lors du Sommet des Amériques de 2022. Malgré les efforts dits pour montrer une certaine égalité entre les nations des Amériques, comme exprimé par l’ancien président Barack Obama promettant aux dirigeants latino-américains une « nouvelle ère » de « partenariat égal » et de « respect mutuel », et la volonté du secrétaire d’État John Kerry de déclarer la fin de la Doctrine Monroe à l’OEA, l’arrivée de l’administration Trump a démontré la monnaie du contrôle américain.

 

Si je devais conclure brièvement, je voudrais dire que cette analyse reste bien sûr en deçà de ce qui reste à explorer en termes d’identités des nations, d’importance du sentiment national et de sens du respect entre les nations. Il y a également beaucoup d’éléments à examiner et à approfondir concernant l’empreinte étasunienne en Amérique latine. Je suis bien consciente que les nations latino-américaines n’ont peut-être pas, aux yeux de beaucoup, produit une histoire digne d’être exposée ou pertinente pour l’ordre international. Mais ce qui est vrai, c’est qu’il s’agit toujours de l’histoire américaine, et la réduire à néant est une honte compte tenu de toutes les choses intéressantes que l’on pourrait en tirer. Une dernière réflexion pourrait être celle d’imaginer la situation inverse, dans laquelle nous nous référons à la France comme l’Europe en oubliant d’autres pays comme l’Allemagne ou l’Espagne par exemple. Pour terminer j’aimerais citer l’article Qui est « américain » ? de Roberto Trümpy Genta, où il termine d’une manière que j’ai trouvée très intéressante, en faisant allusion à la culture pop, presque inévitablement référencée dans le monde d’aujourd’hui, en citant René aka Residente ;

América no es solo U.S.A papá

Esto es desde Tierra del Fuego hasta Canadá

Hay que ser bien bruto, bien hueco

Es como decir que África es solo Marruecos

 

Sources :
  • Ever Wonder What Residents of a Particular Country Are Called?
    https://www.thoughtco.com/the-names-of-nationalities-4088817, ThoughtCo, December 03,
    2019
  • The power of language: How words shape people, culture.
    https://news.stanford.edu/2019/08/22/the-power-of-language-how-words-shape-people-cultur
    e/ , Stanford News, August 27, 2019
  • Calvet, J. (1998). Language wars and linguistic politics. Oxford: Oxford University Press.
  • Linguistic Imperialism Continued, Robert Phillipson, eBook Published15 January 2010.
  • United Nations group of experts on geographical names; Historical Geographical Names:
    Their Role in the History and Identification of the Nations, Working Paper No.68, Nairobi
    5-12 May 2009.
  • History Matters (2020, January 17). ‘Who Named the United States? (Short Animated,
    Documentary)’. History Matters: https://youtu.be/WZ6Y9p2vhJs
  • Who Named America, Name explain,
    https://www.youtube.com/watch?v=WFbVQTt_qNY&ab_channel=NameExplain
  • Universalis Cosmographia, el primer mapa que nombró a América, https://www.labrujulaverde.com/2016/03/universalis-cosmographia-el-primer-mapa-que-nombro-a-america, La Brújula Verde, March 14, 2022
  • Who is  » American « ? An insight on a monopolized demonym and the toponym from which it is derived, https://topolitique.ch/2022/07/04/what-does-it-really-mean-to-be-american/ ,TOPO, March 3, 2023
  • Animated Why is America called America? – Well… Actually, https://www.youtube.com/watch?v=_lHNHrsq7Gw&ab_channel=Well…Actually
  • List of American Countries – Nations Online Project, https://www.nationsonline.org/oneworld/america.htm#:~:text=Strictly%20speaking%2C%20the%20American%20continent,considered%20part%20of%20North%20America, Countries by Continent: American Countries – Nations Online Project
  • Abya Yala,Science et bien commun pressbooks,https://scienceetbiencommun.pressbooks.pub/colonialite/chapter/chapter-1/, June 06, 2021
  • SANTIAGO CASTRO-GOMEZ Y EL EUROCENTRISMO DE LOS DECOLONIALES, https://www.alteridad.net/2021/04/08/santiago-castro-gomez-y-el-eurocentrismo-de-los-decoloniales/, ALTERIDAD, April 14, 2021
  • About Frank Lloyd Wright’s Usonian Architecturehttps://www.thoughtco.com/usonian-style-home-frank-lloyd-wright-177787, ThoughtCo, July03, 2019
  • Founders Online: To Thomas Jefferson from Samuel Latham Mitchill, 4 December 1803, https://founders.archives.gov/documents/Jefferson/01-42-02-0074#TSJN-01-42-02-0074-ks-0001, National Archives and Records Administration
  • VISIÓN GEOGRÁFICA DEL CONTINENTE AMERICANO, Dra. BENSENY, Graciela, Mars 2020, https://nulan.mdp.edu.ar/id/eprint/3331/1/u1-benseny-2020.pdf
  • Plan Cóndor: la justicia argentina se pronuncia https://www.sciencespo.fr/opalc/content/plan-condor-la-justicia-argentina-se-pronuncia.html, Portail Sciences Po, June 17, 2016
  • Is Latin America Still the US’s « Backyard », https://cepr.net/is-latin-america-still-the-us-s-backyard/, Center for Economic and Policy Research, September 01, 2021
  • Why America Needs a Strategy for America’s Backyard, https://www.heritage.org/defense/commentary/why-america-needs-strategy-americas-backyard, The Heritage Foundation, James Jay Carafano, Kiron K.Skinner, David R.Shedd, Jan 5 2021
  • Estados Unidos: Diccionario panhispánico de dudas, https://www.rae.es/dpd/Estados%20Unidos, « Diccionario panhispánico de dudas », 2005
  • Demonum-Ethonym-Toponym- John Siwicki, https://www.youtube.com/watch?v=HzpqdqVDnDY&ab_channel=JohnSiwickiTeacherWriter
  • Americans Shouldn’t Be Called American, Name explain, https://www.youtube.com/watch?v=TwyYNcQvR0I&ab_channel=NameExplain
  • How did each american Country get its name, General Knowledge,https://www.youtube.com/watch?v=G1s730BjK7M&ab_channel=GeneralKnowledge
  • The power of language: How words shape people, culture, https://news.stanford.edu/2019/08/22/the-power-of-language-how-words-shape-people-culture/ Stanford News, August 27, 2019, Sik Hung Ng and Fei Deng
  • The humanist roots of linguistic nationalism, Alan Patten, History of Political Thought (2006), https://www.jstor.org/stable/26222195?seq=40
Partager cette publication :
Facebook
Twitter
LinkedIn
Email
WhatsApp