Aujourd'hui :

vendredi 27 mai 2022

Le journal des étudiant.e.s de Lyon 3

L’abstention chez les jeunes engagés politiquement

Les 10 et 24 avril 2022 se tiendront les 12e élections présidentielles sous la Ve République. Nichées entre la guerre en Ukraine et la crise du Covid, ces élections semblent noyées dans la masse d’informations émanant des médias et de la presse. 

Cette même masse semble également faire couler les jeunes et de facto leurs envie de voter. Les jeunes sont-ils réellement fâchés avec le vote ? Et si oui, pourquoi ? 

En 2017, ce sont près de 70% des 18-24 ans qui se sont rendus aux urnes afin d’élire leur nouveau président. Seulement voilà, 5 ans plus tard, cette même tranche d’âge semble désabusée par la politique et ses protagonistes, en témoignent d’ailleurs les dernières élections régionales où le taux d’abstention chez les jeunes a atteint la barre des 80%. 

En effet, souvent interrogés dans les médias, les nouveaux votants se disent lassés du “show politique” auquel se livrent les candidats à la présidentielle. Entre un Président et ses ministres sur TikTok et des aspirants au pouvoir moqués sur les plateaux TV pour leurs déboires judiciaires ou leurs punchlines dérisoires, la nouvelle génération a davantage l’impression d’être face à une télé-réalité politique qu’à une élection présidentielle impliquant de la compétence et du sérieux. Sérieux régulièrement mis à mal par des promesses non tenues qui discréditent encore la fonction et l’élection elle-même. Éreintés de voir toujours les mêmes idées mais aussi les mêmes personnes, un sentiment d’incompréhension voire d’exclusion se dégage des nouvelles générations. 

 

Un mot ressort dans les interviews récentes des 18-35 ans : « désintérêt« 

Assurément, les politiques semblent se désintéresser des jeunes ce qui conduit à des programmes qui ne correspondent plus à leurs préoccupations. Les résultats à la question « quelles sont les préoccupations des jeunes ?” du dernier sondage IPSOS sur les jeunes dans la perspective des élections présidentielles, où ces derniers ont pour principaux questionnements le pouvoir d’achat, l’écologie et l’avenir du système social ; qui ne se retrouvent pas nécessairement dans les propositions principales des candidats à la présidentielle. 

Ces mêmes propositions sont d’ailleurs régulièrement critiquées car au delà du fait d’être éloigné de la réalité des nouvelles générations elles semblent pour beaucoup floues et donc souvent incompréhensibles pour des jeunes parfois mal informés. Ce sentiment de désappartenance conduit d’ailleurs les jeunes à se questionner sur leur place sur l’échiquier politique et plus globalement dans la société actuelle, conduisant souvent à une abstention influencée par la réflexion “mon vote ne compte pas et ne changera rien”. 

Cette impression de ne pas compter peut également être vu comme le reflet d’une société toujours plus auto-centrée. En effet, abandonné et peu écoutée, la nouvelle génération voit ses propositions rejetées car jugées

trop progressistes face à des personnes plus âgées jugées ringardes et peu dans l’air du temps. Néanmoins, ce n’est pas pour autant que les 18-35 ans ne s’impliquent pas politiquement, car de plus en plus de jeunes s’inscrivent dans des partis et deviennent militants. Que ce soit au sein des universités, avec des associations politiques, ou plus directement en s’inscrivant dans des comités de jeunes soutenant un candidat, les jeunes sont engagés. Témoignage d’une jeunesse qui s’investit et qui se bat pour ses idées, ses droits et ses libertés. 

Mais alors, à un mois environ des présidentielles de 2022, où en sont les jeunes face au vote ? Souvent coincés entre un sentiment de désintérêt des politiques faisant passer leur volonté d’abstention pour du “je m’en foutisme” et une envie de répondre à leurs devoir de citoyens, les jeunes se disent prêts à voter à près de 80% selon un sondage réalisé par IPSOS pour la FAGE. On observe une génération qui veut faire bouger les lignes et changer le monde, une nouvelle génération qui souhaite préserver ses acquis et faire évoluer les choses pour le monde de demain. 

Alors, à la question “pourquoi les jeunes sont-ils fâchés avec le vote ?”, la réponse reste floue tout comme leur place sur l’échiquier politique. Il apparaît pour le moment difficile de se projeter quant à une abstention massive ou non de la nouvelle génération et des raisons potentielles de celle-ci. Des candidats peu pertinents, la peur d’un candidat en particulier, des programmes hors sujet, des idées trop lointaines des réalités de la jeunesse… Tous ces faits peuvent conduire, ou pas, les jeunes à s’abstenir. 

Sources :
Partager cette publication :
Facebook
Twitter
LinkedIn
Email
WhatsApp