Aujourd'hui :

jeudi 30 mai 2024

Le journal des étudiantes et étudiants de Lyon 3

19 Semaines #Premier mois : Typhon, Acclimatation et Thé Oolong

Un sommeil chaotique, 16h d’avion, et une sensation de gueule de bois plus tard, je suis enfin arrivée à destination. La nation du Bubble Tea et du réalisateur de Brokeback Mountain : Taiwan. Une immersion dans la Capitale de la République de Chine qui va durer 19 semaines, cela vaut bien le coup de la partager au reste de la population lyontroisiène

Ma première pensée en sortant de l’aéroport : il fait chaud. Et la seule chose qui me sauve de cette chaleur est la pluie. Une pluie qui tombe sous forme de crachin normand en quasi-continue toute la journée. Bref, un bon vieux climat tropical humide et mauvaise nouvelle pour moi, les températures ne

 baisseront pas avant novembre. C’est également la saison des typhons à Taiwan. Une tempête est d’ailleurs passée dans le sud de l’île deux jours après mon arrivée, ce qui ne nous a pas empêché de partir en vadrouille dans la ville avec mes colocs, munies de nos parapluies et nos Easy Card 悠遊卡Yōu-yóu Kǎ. Qu’est-ce que c’est une Easy Card ? Et bien, c’est un peu le Graal à Taipei, elle permet de payer, une fois chargée, plein de services notamment les divers transports en commun : MRT (métro), bus, velo’v Taipéien et j’en passe. Il faut dire que la ville a un réseau de transport assez impressionnant et peu onéreux (Prends des notes pour le pass Navigo Valérie), mais ça j’aurais tout le loisir de le démontrer. 

Nos premières découvertes se font donc à découvert du vent et de la pluie. La ville dégage vraiment une atmosphère particulière, et je pense que cela est peut-être dû à l’architecture très spéciale et surtout changeante. Les bâtiments d’habitation plutôt datés, dont les murs sont recouverts de grilles et d’appareils de climatisation, laissant souvent la place à des buildings ultra modernes, pour ensuite basculer sur un édifice de style classique. La synthèse parfaite de ce mélange est sans aucun doute la fameuse tour Taipei 101, le plus haut gratte-ciel de la ville (et du monde fut un temps), qui surprend par sa forme inspirée par l’architecture asiatique classique et sa structure de verre et d’acier typique des buildings récents.

Toujours sous une pluie et un ciel gris, nous avons également jeté un œil aux alentours de notre campus qui se trouve à quelques pas du théâtre national et de l’auditorium national. Les deux bâtiments, dans un style traditionnel justement, se font face sur une grande place, le tout dominé par le mémorial de Chiang Kai-Shek, la cerise sur le gâteau du gigantisme. Le bâtiment domine la place du haut de son large escalier et sous son dôme doré ornée du symbole du Kuomintang, la statue de l’ancien président de Taiwan scrute les visiteurs depuis le hall ouvert sur l’extérieur. On pourrait trouver que c’est beaucoup pour un seul chef d’état qui est loin d’être irréprochable au point que les victimes des exactions commises durant son mandat (la Terreur Blanche白色恐怖 báisè kǒngbù) sont commémorées quelques rues plus loin. En comparaison, le mémorial dédié à Sun Yat Sen, qui est un personnage tout aussi important si ce n’est plus pour la République de Chine, est beaucoup plus humble et mieux intégré au reste du paysage. 

En outre, les découvertes et notre acclimatation, sont également gustatives. Taïwan est un vrai paradis de la “bouffe« , on peut y manger un plat bien consistant avec viande et féculents inclus pour moins de 100 NTD (2,95 euros) dans les petits restaurants ou dans les convenience stores. Le prix augmente un peu lorsque l’on monte en gamme mais dans l’ensemble, manger dehors est très abordable. Les taiwanais mangent beaucoup de porc mais aussi du poulet, et principalement du riz et des nouilles à base de farine de riz en guise d’accompagnement, ces dernières sont souvent servies sous forme de soupe. Cependant, les végétariens ne seront pas en reste avec les différentes variations du Tofu. Le célèbre Tofu puant 臭豆腐chòu dòufu, le bestseller des marchés de nuit, n’aura pas vraiment conquis mon cœur contrairement au Mapo Tofu 麻婆豆腐mápó dòufu aux épices du Sichuan. La fondue chinoise, ou hot pot, est également très populaire. Durant la fête de la Mi-automne, équivalent de la célébration des moissons en Asie du Sud Est, les taiwanais eux se réunissent autour d’un barbecue et savourent les fameux gâteaux de lune

餅 yuèbǐng, un mélange surprenant entre sucré et salé. Mais pour des gâteaux et des sucreries plus classiques, il y a toujours le Brown Sugar Cake 黑糖糕 hēitánggāo, dont le goût paraîtra familier aux fervents consommateurs de Bubble Tea. Car comment ne pas parler de Taiwan sans mentionner le Bubble Tea 珍珠奶茶 zhēnzhū nǎichá. A Taipei, il est savoureux et bon marché, environ 50 NTD (1,46 euros), on est loin du Bubble Tea rue Victor Hugo au prix d’un “grec”. 

Le plus important toutefois quand on parle de boisson et de Taiwan, c’est le thé. L’île cultive sa propre variété de thé : le Oolong 烏龍茶 wūlóng chá, un thé semi-oxydé au goût très prononcé. C’est accessoirement mon plus gros coup de cœur et ma valise est déjà remplie de sachets d’infusion.

Je parle beaucoup de nourriture, car c’est important, mais ne vous en faites pas, Taipei ce n’est pas que des restaurants (même s’il y en a beaucoup). Ce sont aussi des quartiers et des endroits plus que sympathiques à quelques arrêts de MRT de ma location. Notre résidence universitaire se trouve dans le district de Zhongshan, donc plutôt au nord du centre-ville, et proche des transports et des quartiers un peu plus animés de la ville. Songshan et Ximen par exemple sont des endroits parfaits pour faire des petites emplettes sans se ruiner, surtout dans le cas de Ximen. Mais ce qui a le plus suscité mon intérêt et m’a donné envie d’y retourner, c’est l’ambiance. Les dessins sur les murs, les drapeaux arc-en-ciel déployés fièrement, les fans de K-pop dansant au milieu de la rue, les jeunes chanteurs munis de guitare sèche ou encore le bruit de la foule au moment de la nuit tombée, ce sont des détails qui semblent anodins mais qui ajoutent un charme indéniable. Mon côté “bobo croix-roussienne” a également été comblé par le parc créatif de Huashan.

L’autre avantage du réseau de transports de Taipei est qu’il est très étendu. Comme dans la plupart des capitales du monde entier, vous me direz et vous aurez raison. Mais est-ce que le RER parisien peut te déposer à deux pas de la côte et de la mer ? Je ne crois pas. Après trois bons quarts d’heures de métro en direction du nord de la ville, on se retrouve à Tamsui, un district de la nouvelle ville à proximité de l’estuaire du fleuve du même nom. Le quartier est très fréquenté, c’est sans doute la promenade du week-end des Taipéiens, et bondé de petits restaurants et d’échoppes.

 

J’y compte bien y retourner pour acheter des petits souvenirs et des cadeaux. L’atmosphère malgré le monde est plutôt sereine et agréable, elle me fait un peu penser à ces villes du midi en bord de mer où je passais mes vacances d’été durant mon enfance. La bonne surprise reste quand même ce petit arrêt de bus, Tiaoshi, plus loin sur la côte, au ras de la mer. On a bien dû y passer une heure. Une heure à regarder les vagues et scruter la marée du soir.

Cependant pour les personnes plutôt montagne, comme moi, le Parc National de Yangmingshan se trouve à une heure en bus. Des alpages verts à perte de vue, des vaches qui se promènent, le vent sur le visage, on se balade dans les nuages, on distingue la ville et la mer au loin, tout ce que j’aime en bref. J’apprécie vraiment le fait que la nature n’est jamais très loin, histoire de s’éloigner de l’agitation de la capitale.

Ça me fait déjà plein de souvenirs, et ce n’est que mon premier mois. J’ai hâte de la suite, car je sens que cette curieuse ville, cette belle île, cette Formose ne m’a pas encore tout dévoilé. Et je dois encore tester beaucoup de marques de thé Oolong !

_____________________________________________________

Playlist de voyage : https://youtube.com/playlist list=PLVErcNpMWpNf334FO0EFc99guCDDvkC05&si=nJme0Y1IKfNGF0Wl

Sources :
Partager cette publication :
Facebook
Twitter
LinkedIn
Email
WhatsApp